A STRANGER’S HAND, Gideon Rubin en conversation avec Roman Hossein Khonsari

A STRANGER’S HAND, Gideon Rubin en conversation avec Roman Hossein Khonsari

«…Ici, au contraire, le visage est sens à lui. Toi, c’est toi. En ce sens, on peut dire que le visage n’est pas « vue ». Il est ce qui ne peut devenir un contenu, que votre pensée embrasserait ; il est l’incontenable, il vous mène au-delà…» (Emmanuel Levinas)

Des manifestants à Hong Kong aux spectateurs du film Joker, qui met en scène une révolte urbaine menée par un clown grimaçant, le visage devient une question importante d’engagement politique et social, d’identification et de reconnaissance. Les États et les grandes entreprises qui collectent des données informatiques sont intéressés par cette reconnaissance faciale que certains citoyens refusent, pour qui se couvrir le visage avec un masque est une manière de préserver leur liberté. Mais que reste-t-il de leur identité derrière ces visages cachés ?

Projeter une identité sur des visages supprimés est un sujet commun dans le travail de Gideon Rubin ainsi que dans la pratique quotidienne du Dr. Roman Hossein Khonsari en tant que chirurgien maxillo-facial, reconstruisant des visages perdus à la suite d’accidents ou de maladies.

Tous deux sont des artisans de souvenirs sans visage, maîtrisant des compétences manuelles exceptionnelles, l’un au pinceau, l’autre au scalpel, et se confrontant constamment à la question de l’histoire, des souvenirs, des traces de vie, des identités derrière ces visages sans traits.

Cette conversation entre l’artiste et le chirurgien, imaginée et orchestrée par Anahita Vessier, est un échange interdisciplinaire invitant le public à se plonger plus profondément dans le travail de Gideon Rubin dans le cadre de son exposition « A Stranger’s Hand » à la Galerie Karsten Greve à Paris et à découvrir des recoins encore inexplorés de son univers artistique à travers l’approche de Dr. Khonsari en tant que scientifique des sciences humaines.

Credits :
Photos par Flaminia Reposi
Vidéo par Alban Jadas pour Galerie Karsten Greve
Texte : Anahita Vessier
hhttps://www.gideonrubin.com

Share this post

POUREA ALIMIRZAEE, Masculinité fragile

POUREA ALIMIRZAEE, Masculinité fragile

Toujours dans sa dernière année à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne, le nom de Pourea Alimirzaee circule déjà parmi les collectionneurs d’art.

Originaire d’Iran, Pourea traite dans son travail exclusivement le sujet de la masculinité fragile, également appelée masculinité toxique. Il a créé ce personnage, un être humain entre femme et homme, qui ressemble beaucoup au jeune artiste aux cheveux longs. Des autoportraits? « Oui, bien sûr, il y a des similitudes », répond-il avec un rire et une confiance en soi et ajoute: « En tant que spectateur, vous devez vous en occuper, soit cela vous dérange, soit vous vous sentez attiré ».

Comment es-tu entrée dans les arts ?

J’ai initialement étudié l’ingénierie informatique à Téhéran, mais j’ai toujours dessiné. Je ne savais tout simplement pas à ce moment-là que je continuerai dans l’art.

Alors, comment es-tu venu à Vienne pour étudier l’art ?

J’avais besoin d’un changement à un moment de ma vie, un nouveau défi. A cette époque, je jouais de la basse en groupe en Iran. Donc, un jour, j’ai rencontré un de mes amis dans la rue qui m’a dit d’essayer l’examen pour le Conservatoire de Vienne. Je l’ai fait… et quelques mois plus tard, je me suis retrouvé à Vienne pour étudier la basse au conservatoire. Mais la façon dont ils enseignaient la musique était trop conservatrice pour moi, j’ai donc décidé de postuler à l’Académie des Beaux-Arts en 2015 en peinture figurative avec Kirsi Mikkola. Et je suis entré !

En regardant tes toiles, il y a toujours ce personnage avec ces cheveux longs fixés dans cet environnement onirique…

Oui, je travaille en fait sur le sujet de la « masculinité toxique » ou de la « masculinité fragile » qui fait référence à certaines normes masculines culturelles, traditionnelles et stéréotypées qui peuvent nuire aux hommes, aux femmes et à la société en général. Cela évoque également la position des hommes qui se comportent de manière féminine mais qui ne sont pas homosexuels.

J’ai lutté toute ma vie avec ce genre de stéréotypes et de société qui vous dit de jouer ce rôle d’être un « vrai homme ».

Donc, quand je suis arrivé à Vienne, j’ai commencé à explorer davantage ce sentiment que j’avais et à faire plus de recherches sur la « masculinité toxique / fragile ». C’est une tendance qui a commencé il y a environ quatre ans, alors j’ai pensé qu’il était temps d’en parler.

Dans ce cas, ces portraits dans tes peintures sont-ils en fait des autoportraits ?

Bien sûr, il y a des similitudes !
J’ai créé ce personnage où vous ne savez pas si c’est un homme ou une femme aux cheveux longs. Les cheveux longs sont normalement un symbole très féminin, et ici vous avez ce mec debout sur cette photo essayant d’être confiant, juste être soi-même. En tant que spectateur, vous devez y faire face, que vous vous sentiez dérangé ou intrigué.

Et en tant que musicien, de la musique quand tu peins ?

Oui, la bande originale du film « Rashomon » de Kurosawa encore et encore. C’est fantastique ! Elle m’amène dans une sorte d’état d’esprit spirituel.

Credits:
Photos : Anahita Vessier
Photo de couverture : Navid Moaddeb
Texte: Anahita Vessier
Pourea Alimirzaee Instagram

Share this post

RANA BEGUM, Lumière, couleur et forme

RANA BEGUM, Lumière, couleur et forme

L’artiste anglo-bangladaise Rana Begum a déménagé du Bangladesh en Angleterre à l’âge de huit ans, sans parler un mot d’anglais. Elle a choisi dès ce moment l’art comme son mode de communication. Cette envie permanente de créer l’a amenée à devenir l’une des étoiles montantes de la scène artistique internationale.

Elle a dit un jour à propos de sa pratique: « Le besoin de créer est toujours là. J’ai pris un itinéraire visuel. Ce n’est pas nécessairement celui que les gens comprennent toujours, mais j’en suis contente. Même si parfois, je ne sais pas trop où je vais, je suis confiante que cette route me mène quelque part. »

Comment es-tu entrée dans les arts ?

Je suis arrivé en Angleterre en 1985. Je ne parlais pas un mot d’anglais, donc quand j’ai commencé l’école, c’était vraiment difficile – j’ai passé la majeure partie de ma première journée à m’ennuyer et à essayer de ne pas m’endormir ! Le lendemain, mon professeur m’a donné des crayons de couleur et du papier. Soudain, j’ai eu un moyen de communiquer. Je dessinais constamment et toutes mes photos montaient sur le mur.

Cela m’a donné un lien si positif avec l’art dès mon jeune âge.

Devenir artiste a donc été un véritable défi pour toi.

Oui, je pense que c’est juste de le dire ! Étant à la fois une femme et une musulmane, j’ai dû travailler très dur pour que ni l’une ni l’autre de ces choses ne définisse mon travail ou la façon dont il est perçu. Mais je ne me suis pas rendue les choses faciles.

J’ai commencé comme une artiste figurative qui était en conflit avec les croyances religieuses de ma famille mais, grâce au soutien de ma directrice et de mon oncle, ils ont fait le tour.

Tout cela fait partie du voyage qui m’a amené là où je suis aujourd’hui.

La lumière, la couleur et la répétition sont très importantes dans ton travail. Quel est le lien avec ton enfance au Bangladesh où tu as grandi jusqu’à tes huit ans ?

Oui, c’est assez étrange parce que, pendant longtemps, je ne me suis pas senti du tout lié à mon expérience d’enfant au Bangladesh.

Ce n’est que lorsque j’étais en thérapie analytique cognitive, un moyen de redécouvrir les souvenirs, que j’ai pu découvrir pourquoi j’ai fait certaines choses quand j’étais enfant au Bangladesh et comment elles ont influencé mon travail plus tard. Je crois vraiment que les choses arrivent pour une raison !

Par exemple, je regardais dans les rizières et ces images sont extrêmement vives. Je me souviens de la répétitivité, de l’eau, du vent, du mouvement et de la lumière se reflétant sur l’eau. Je me souviens qu’on m’avait beaucoup dit de s’asseoir et de regarder. À l’époque, je ne sais pas pourquoi je le faisais.

Mais maintenant, ces couleurs et ces formes se manifestent dans mon travail, comme si elles s’imprimaient d’une manière ou d’une autre dans mon esprit d’enfant.

Les couleurs sont très importantes pour moi. J’ai grandi en regardant des films de Bollywood et j’ai vraiment adoré leur dynamisme.

De plus, mon amour pour la répétition vient de mon éducation religieuse. J’ai grandi en lisant le Coran et en priant cinq fois par jour. La routine de la prière ainsi que les mouvements que vous faites lorsque vous priez ont insufflé cette répétition qui imprègne à jamais mon travail.

Ces trois choses, les couleurs, la lumière et la forme sont comme un triangle qui a façonné ma pratique.

Et comment as-tu ressenti ton retour au Bangladesh en tant qu’artiste en 2014 pour exposer au Dhaka Art Summit ? As-tu été nerveuse ?

J’étais vraiment nerveuse, c’était vraiment une grosse affaire ! Je savais que je retournerais un jour au Bangladesh mais je ne pensais pas que je retournerais exposer. C’était à peu près au moment où j’étais en thérapie et j’avais découvert d’autres souvenirs d’enfance. Il a paru particulièrement approprié car le brief a été d’utiliser des matériaux produits localement. En grandissant, j’avais une amie de la famille qui s’occupait de moi et elle tissait des paniers. Je voulais intégrer cette mémoire d’enfance alors j’ai pensé pourquoi ne pas créer une structure avec une formation de panier.

Quand j’étais enfant, je me rendais à la mosquée tôt le matin pour lire le Coran. La mosquée elle-même était très simple avec une fontaine en face qui a depuis été démolie. Je me souviens de la salle remplie de gens récitant le Coran. Il y avait le son des voix à côté de celui des pages qui tournaient avec la lumière du soleil à travers la fenêtre. Ce fut un fort moment multi-sensoriel de lumière et de son. C’est ce que je voulais recréer au Dhaka Art Summit, une expérience intense mais calme et méditative.

Un autre moment fort de mon retour au Bangladesh a été que j’ai rencontré Ziba de l’Unité des parasols à Dhaka.

Ce fut une rencontre très importante dans ta carrière.

La rencontre avec Ziba a été un moment très spécial dans ma carrière. Elle m’a donné une incroyable opportunité d’avoir une exposition solo à Parasol Unit à Londres.

Grâce à son travail de commissaire, j’ai pu créer un récit qui m’a aidé à comprendre d’où venait mon travail, à accéder à ma position à l’époque et à me faire savoir que j’allais dans la bonne direction. Ce spectacle m’a vraiment donné la confiance dont j’avais besoin.

En tant qu’artiste, penses-tu qu’il est important de laisser de la place aux accidents et de lâcher prise parfois ?

Il faut ! Sinon, tu produiras les mêmes choses encore et encore. Chaque accident est spécial et doit conduire à autre chose. Ce pourrait être le moindre détail auquel la prochaine œuvre d’art répond.

Une grande partie de mon travail découle de rencontres fortuites – le jeu de la lumière sur un mur ou l’expérimentation d’un nouveau matériau. Je pense qu’il est essentiel de maintenir un niveau de curiosité et de liberté lors de la création de travail.

Et quand tu regardes une œuvre d’art finie, arrive-t-il que tu ne sois pas satisfaite du résultat ?

Parfois oui et c’est là que je le laisse tranquille un moment et que j’y reviendrai. Il y a des moments où je ne veux pas abandonner les travaux. Cependant, pour moi, il est plus important que le travail sorte une fois terminé et puisse interagir avec les téléspectateurs et son environnement. Parce que des facteurs temporels tels que la lumière jouent un rôle si crucial dans mon travail, vous ne pouvez jamais vraiment dire qu’un travail est terminé car il prendra une variété d’états nouveaux et inattendus selon l’heure de la journée, différentes densités de lumière, etc.

C’est pourquoi j’aime l’art public. Vous pouvez repousser les limites auxquelles vous ne pourriez pas vous attaquer en studio.

Un endroit public où tu rêves d’avoir une de tes œuvres d’art ?

Dia Art Foundation !

Et qu’en est-il des collaborations ?

J’adore collaborer avec des gens de différentes disciplines car il y a des choses à explorer auxquelles tu n’aurais peut-être pas pensé.

Pour moi, il est essentiel d’être ouvert aux conversations et aux critiques. C’est la seule façon de continuer à grandir et à apprendre.

Est-ce que ça a été toujours facile pour toi de parler de l’Islam ?

C’était une des choses qui m’a été très difficile pendant longtemps parce que je ne voulais pas être coincée, poussée dans une certaine direction. Je ne voulais pas que mon sexe, ma religion ou ma culture soit un problème. Il était impératif pour moi de ne pas me concentrer sur ces choses et la peinture m’a offert la liberté dont j’avais besoin. Maintenant, je n’ai plus de problème à parler des influences.

Quelle est ta première pensée lorsque tu penses à l’Iran?

C’est un endroit où j’adorerais aller… la géométrie, la couleur et les plats délicieux me viennent à l’esprit !

Credits :
Toutes les photos de Rana Begum dans son studio par Philip White
Couverture : photo par Josh Murffit
Texte : Anahita Vessier
Traduction : Anahita Vessier
https://www.ranabegum.com

Share this post

IMAN RAAD, Perturbation de la réalité

IMAN RAAD,
Perturbation de la réalité

S’inspirant de la peinture miniature persane, des ornements de camions d’Asie du sud et de l’imagerie numérique affichant un bug, l’œuvre d’Iman Raad m’a immédiatement impressionnée : son intensité, son mélange explosif de couleurs, ainsi que la combinaison contradictoire de beauté et de peur, de plaisir et de douleur. En regardant ces tableaux, le spectateur témoigne d’un moment de rupture, un moment figé de la réalité juste au moment où quelque chose est sur le point de se produire.

Dans cette interview, l’artiste iranien né à Brooklyn nous guide à travers son dernier travail qui a récemment été exposé à la galerie Sargent’s Daughters à New York.

Quand on observe ton travail, on constate que tu utilises des éléments issus du folklore de la mythologie persane tels que des détails typographiques et des allusions aux miniatures persanes. La culture et le folklore iraniens sont-ils une source d’inspiration importante pour toi ?

Oui, ça l’a toujours été. Mais cela va même au-delà d’une source d’inspiration. C’est une base de ma structure de pensée, qu’elle soit inconsciemment ou consciemment stimulée.

J’essaie de ne pas utiliser de façon « iconique » la culture persane dans mon travail, de sorte que l’on reconnaît à peine les éléments de folklore. L’indication iconique des « autres » cultures est une approche occidentale de l’art parce qu’elle est une représentation évidente d’autres cultures qu’il est possible de sortir de son contexte, facile à communiquer et à consommer.

« Mais mon travail fait constamment référence « de manière indicielle » à la culture persane : cela est enraciné dans mes pensées J’ai vécu avec cette culture, je la respire, j’apprends d’elle et je construis mon langage pour dialoguer avec l’histoire de l’art à travers elle. »

C’est, je crois, l’approche contemporaine de l’ethnicité et de l’identité culturelle.

Tu as récemment eu une exposition solo titrée « Tongue Tied » à la galerie Sargent’s Daughters à New York. Peux-tu expliquer un peu ton dernier travail qui était présenté à cette occasion ?

Dans cette exposition il y avait une variété d’œuvres que j’ai réalisées en 2016, toutes sous le thème de « tongue tied » (= sans voix).

« Pour moi les tableaux représentent un moment de perturbation à la réalité. »

Je crée cette perturbation à travers de fausses perspectives, en troublant les lois physiques, des reproductions d’image inspirées par des bugs digitaux sur des écrans qui représentent des événements fugitifs comme un seuil vers un crise. Des objets et des fruits prennent l’apparence d’objets animés.

Dans l’exposition « Tongue Tied » il y a une série de tableaux de 9×12 pouces à base de tempéra à l’œuf, posés chacun sur des étagères étroites. J’ai commencé récemment à peindre avec la tempéra à l’œuf sur des panneaux. Le processus est lent et fatiguant ce que je n’aime pas, même si j’ai besoin de ce temps de méditation. J’aime la façon dont le jaune d’œuf coule sur la surface lisse des panneaux de bois, et la texture qui se crée ainsi par les pigments qui ne se sont pas mélangés. Les couleurs sont radieuses et j’aime que le tableau ressemble à des carreaux peints.

J’ai aussi exposé un tableau d’un large format, dessiné avec un marker sur du papier. Ce dessin représente une interaction complexe de nappe avec un imprimé ornemental, de papier peint et de tapis interrompus par de longues rangées d’oiseaux superposés et qui se déplacent à travers le tableau. Il m’a fallu un mois pour terminer ce tableau de 5×7 pieds.

Le héros de l’exposition, que j’appelle parfois Don Quichotte, est une silhouette plate agenouillée avec un drapeau dans sa main et un autoportrait de moi-même sur sa poitrine, inspiré du travail de Barbara Kruger « Ton corps est un champ de bataille ».

L’exposition comprend également une large peinture murale faite spécialement pour les murs du bureau de la galerie Sargent’s Daughters. Elle a été réalisée en quatre jours avec deux assistantes et a duré seulement pour la période de l’exposition.

Tu as fait aussi des présentations sous le titre « Two-headed Imagomancy » avec Shahrzad Changalvaee, une autre artiste Iranienne, et ton épouse : Que signifie ce titre et quel est le sujet de cette performance ?

Shahrzad et moi sommes initialement issus du monde du graphic design. Nous étions membre du collective Dabireh avant de quitter l’Iran. Le collective Dabireh a été fondé par Reza Abiding en 2008. Il s’agissait d’un collectif de graphistes, de typographes et de linguistes spécialisés dans la langue persane, l’alphabet, la calligraphie et la typographie.

Depuis que nous avons déménagés aux Etats-Unis, nous avons eu des demandes pour parler de nos œuvres graphiques et nous avons décidé de transformer notre exposé en une conférence-performance sous forme de récit.

« Cette idée est inspirée par des Pardeh-khani, une forme traditionnelle dans des cafés en Iran pour raconter des histoires. »

Notre récit est composé d’histoires dans des histoires ; certaines sont historiques, certaines sont personnelles, certaines des légendes ou des fictions. Mais toutes les histoires traitent de la langue, des lettres, principalement des histoires des lettres arabo-persans. Pour chaque performance, un tableau en particulier est fixé au fond contenant des illustrations pour l’histoire et une image significative qui réfère au lieu où l’histoire se passe.

Le « Two-headed » dans le titre réfère à nous, le couple qui raconte l’histoire ; et le mot « imagomancie », nous l’avons créé en combinant imago + mancie. « Imago » est le mot latin pour « image » et « mancie » réfère à la divination de quelque chose en particulier, comme bibliomanie ou géomancie. « Imagomancie » signifie ainsi la divination à l’aide des images.

Les poèmes de Hafiz ou Roumi sont très présents dans la vie quotidienne en Iran. Y-a-t-il un poème qui te guide dans la vie ?

Il n’y en a pas vraiment un en particulier. Peut-être en général, ils sont présents dans la vie quotidienne des Iraniens, donc ils ont de l’influence inconsciemment sur mes pensées comme pour presque tous les Iraniens.

Des projets à venir ?

Continuer à travailler.

Credits:
L’ensemble de l’oeuvre par Iman Raad
Texte: Anahita Vessier
Traduction: Anahita Vessier
 http://www.imanraad.com/

Share this post

SILIA KA TUNG, La fantaisie est la réalité du monde intérieur

SILIA KA TUNG, La fantaisie est la réalité du monde intérieur

Silia Ka Tung est une artiste contemporaine chinoise basée à Londres. Son travail est un ballet psychédélique de formes organiques dans des couleurs saturées qui dansent ensemble avec des créatures mystérieuses rappelant la mythologie ancienne. Le mélange de ce paysage de rêve et l’influence de la culture et de la tradition chinoises rendent l’art de Silia Ka Tung hypnotisant et unique.

Qu’est-ce qui t’as décidé à devenir artiste ?

Mon grand-père du côté de ma mère était un peintre connu de l’art chinois traditionnel, donc c’était dans la famille.

Initialement je voulais être un designer. Mais lorsque je suis allée après le lycée à l’entretien à l’école de design, ils m’ont conseillé de faire plutôt les beaux-arts dans le cas où me parents me soutenaient. Ce fut la première fois que j’y ai vraiment pensé.

Tu as étudié la peinture à l’huile à Hang Zhou à l’Académie des beaux-arts de Chine et ensuite à Londres et en terminant tes études par un master à l’école d’art renommé Slade School of Fine Arts. La méthode d’enseignement en Chine est-elle différente de celle de l’Angleterre ?

Après avoir accepté au Bachelor Degree au Chelsea College of Art à Londres, j’ai fait une année aux beaux-arts en Chine car mon père pensait que j’avais besoin d’apprendre d’abord un peu de culture chinoise. C’est pour cette raison que j’ai suivi une classe préparatoire avant de partir à Londres pour faire ma licence.

« La méthode d’éducation artistique en Chine est complètement différente à la méthode anglaise. En Chine, je faisais du dessin d’après la vie de tous les jours et l’enseignement était très académique. On fait tout en groupe, le professeur vient te voir, corrige tes erreurs et te dit ce qu’il faut faire. »

L’école d’Art à Londres était libre et fun. L’enseignement était très décontracté et inspirant mais la plupart du temps on était laissé à nous-mêmes.

Il y a une réelle évolution dans ton travail. Ton travail antérieur consistait principalement en des dessins au trait en noir et blanc. Ensuite les lignes figuratives se sont dissoutes et sont devenues un beau ballet de formes abstraites et colorées de micro-organismes couvrant plusieurs toiles. 

Dans ton travail plus récent, tu as changé de la peinture à l’expérimentation avec des matières en créant notamment des sculptures avec des matières douces d’animaux fantastiques et de formes organiques tels des branches d’arbre. Pourquoi ce changement ?

« Dessiner ou gribouiller a toujours fait partie de ma vie… Je le fais automatiquement dès que j’ai un stylo dans la main. »

Pour mon exposition de fin d’année au Chelsea College j’ai décidé de passer d’une petite idée de dessin à quelque chose de beaucoup plus grand et j’ai continué ces portraits d’une grandeur nature remplie de gribouillages jusqu’à ma dernière année de master au Slade College. Après j’ai eu envie d’essayer autre chose. Je voulais faire de la « peinture de jeux », des peintures colorées, appliquer de la peinture saturée directement sur la toile, comme des dessins automatiques.

Pour moi peindre est comme un jeu avec ce côté hasard et fun et j’ai toujours peint en dehors du bord. Mais lentement j’étais attirée par la peinture sur des objets et j’ai donc commencé à faire des sculptures douces et moelleuses et à peindre par-dessus. C’est l’étape dans laquelle je me trouve en ce moment.

La maternité a-t-elle changé ton travail, tes inspirations ?

La maternité est difficile pour moi en tant qu’artiste car ça change tes priorités et ton équilibre de vie. Autant, j’adore être avec mes deux filles; autant je me bats dans mon existence en tant qu’artiste. Mais le temps aide et lentement, je regagne l’équilibre et j’espère qu’être mère a aussi un impact positif sur mon travail.

Y-a-il une phrase ou un proverbe qui inspire ton travail ?

« Tout notre monde d’intérieur est la réalité, et peut-être plus que notre monde apparent.”

Marc Chagall

Lorsque tu travailles sur une nouvelle œuvre d’art, est-ce que tu montres le travail en cours à ton mari Gideon Rubin, qui est aussi artiste, ou est-ce que tu préfères garder ta bulle créative pour toi ?

Nous travaillons dans le même studio, donc il nous arrive souvent de nous montrer les œuvres sur lesquels nous sommes en train de travailler, surtout quand mon travail prend beaucoup de temps pour être terminé. Je lui montre principalement quand j’ai besoin de son avis, peu importe si la pièce est finie ou non.

Travailles-tu sur une nouvelle exposition?

Je suis en train de finir quelques pièces pour une exposition que je partage avec deux autres artistes à Amsterdam intitulée « Père, mère, fille, fils », et organisée par Mette Samkalden au Canvas Contemporary. L’exposition commence le 14 janvier 2017 et se termine mi-février.

Qu’est-ce qui te vient à l’esprit quand tu penses à l’Iran ?

Je n’ai jamais été en Iran, donc tous les références que j’ai viennent de mes amis, des films, des médias, d’Instagram. J’ai hashtaggé « Iran » plusieurs fois sur Instagram et j’ai découvert des choses très étranges. C’est un grand pays riche d’histoire et de culture, beau et mystérieux. J’adorerais le visiter un jour.

Credits:
L’ensemble des oeuvres par Silia Ka Tung
Texte: Anahita Vessier
Traduction: Anahita Vessier
http://www.siliakatung.com/

Share this post